Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Succesrama | December 18, 2017

Scroll to top

Top

20 Comments

Jeff Bezos, créateur d’Amazon ou l’inventeur du e-commerce

Jeff Bezos, créateur d’Amazon ou l’inventeur du e-commerce
Jean-Charles

 

En l’espace d’une quinzaine d’années Amazon est devenu le site de référence pour des commandes en tout genre.
Que ce soit dans le secteur du divertissement ou même encore dans bien d’autres domaines.

Le site de e-commerce le plus connu doit son succès à un seul homme, Jeff Bezos.

Visionnaire, il était pourtant au départ, le seul à y croire.

Mais face au scepticisme ambiant, il a prouvé depuis à ses détracteurs que seuls les imbéciles regardent le doigt quand le sage montre la lune.

Et la lune, il l’a belle et bien décrochée avec Amazon.com

Comment ?

Voici son histoire …

 

Bricoleur dès l’âge de 5 ans

 

Si d’autres gamins se passionnent pour le basket, le football ou encore le hockey, Jeff se passionne pour le bricolage.

Il commence par démonter son lit à l’aide d’un tournevis à cinq ans, puis à dix, bidouille une alarme électrique pour empêcher des intrus de pénétrer dans sa chambre, notamment ses frères et sœurs …

Lieu qui devient très vite un laboratoire scientifique tel la tanière d’un Géotrouvetout !

Il se révèle ensuite un brillant étudiant.

Ses passions sont la physique et l’informatique.

Une sorte de « geek » qui sort de Princeton avec un diplôme d’informatique et d’ingénierie électrique.

Le monde du travail l’accueil à bras ouverts, dont Wall-Street qui recherche des informaticiens chevronnés.

Il occupe différents postes dans les finances jusqu’à devenir vice-président chez D.E.Shaw, un fond spéculatif.

Pourtant, malgré une carrière déjà bien remplie et plus que prometteuse, Jeff Bezos va tenter sa chance ailleurs et relancer ainsi tous ses jetons sur le tapis …

Retournons cependant un instant en 1994 où Internet en est à ses premiers gazouillis, avec à peine quelques 500 sites qui se partagent la toile.

Le commerce en ligne n’existe quasiment pas.

Pourtant, le hasard fait que notre entrepreneur tombe sur une étude qui évalue un taux de croissance d’Internet à 2300 % par an.

Et Jeff intrigué, songe au potentiel énorme que pourrait susciter l’avènement d’un tel média.

 

Jeff Bezos a fait de son entreprise le plus grand magasin au monde avec 900 millions de dollars de bénéfices en 2009.

Jeff Bezos a fait de son entreprise le plus grand magasin au monde avec 900 millions de dollars de bénéfices en 2009.

 

Il pressent le potentiel énorme d’Internet

 

Chemin faisant, il dresse une liste d’une vingtaine de produits qui seraient les mieux adaptés à la vente en ligne.

Or c’est le livre qui arrive en tête. Il devance fortement la musique, les ordinateurs et autres logiciels.

Alors, pourquoi le livre ?

Parce qu’il y a trop de références pour contenir un catalogue digne de ce nom pour de la vente par correspondance. Et puis le web possède deux avantages par rapport à une librairie :

Il peut créer une offre bien plus vaste que n’importe quel autre magasin et surtout il a la faculté de contacter un nombre illimité de clients 24 heures sur 24.

Le futur fondateur d’Amazon pressent une révolution à part entière.

Cependant, il reste à régler les questions d’infrastructures logistiques comme le stockage, l’acheminement et la brièveté du délai entre la commande et la livraison.

Jeff choisit d’installer son siège à Seattle.

Plusieurs raisons stratégiques motivent ce choix.

La ville abrite le plus important grossiste de livres des États-Unis, Ingram Book et offre un vivier d’informaticiens talentueux que Bezos s’empresse de débaucher à travailler pour lui.

Le site ouvre le 16 juillet 1995 sous le nom Amazon.

En référence au gigantesque fleuve de l’Amazonie qui a le plus gros débit au monde.

L’aventure vers le succès peut commencer.

Et quelle aventure !

 

Jeff Bezos brandit fièrement la tablette numérique d'Amazon : "le Kindle" .

Jeff Bezos brandit fièrement la tablette numérique d'Amazon : "le Kindle" .

 

Amazon : la raison d’un tel succès

 

Les début commence dans un modeste local avec seulement deux pièces meublées.

900 000 dollars dont le tiers, financé par les économies de ses parents, lancent l’entreprise en ligne.

Sa mère qui grâce à son investissement est devenue milliardaire dira de son fils :

« Nous n’avons pas misé sur Internet, nous avons misé sur Jeff ».

Quant à la campagne de lancement, le fils prodigue demande à ses amis et diverses connaissances de tester le site. Le bouche-à-oreilles fait aussi des merveilles et le buzz se répand comme une traîné de poudre qui s’enflamme.

A partir du deuxième mois, le chiffre d’affaires atteint 80 000 dollars et les espérances les plus folles sont très vite dépassées.

Mais pour créer une entreprise avec succès, il ne suffit pas d’avoir une bonne idée.

Jeff est conscient qu’il ne doit pas se focaliser sur la technique et que sa force de frappe doit passer par une chose essentielle : la qualité de service apportée au client.

Pour cela, il investit sans cesse dans la logistique, le suivi des commandes et le service après-vente.

Il renouvelle également son catalogue en ligne en augmentant le choix de titres épuisés ou anciens.

Il ouvre son site à d’autres vendeurs qui peuvent proposer à leur tour des offres.

Les articles d’occasions côtoient aussi les produits neufs selon le budget de chacun.

Le créateur d’Amazon cultive également une politique de transparence en publiant les critiques de la presses et celles des internautes.

Ces dernier ont la possibilité de s’exprimer aussi bien sur le service que sur des articles achetés en laissant leurs avis.

Enfin, les offres sont personnalisées par rapport à deux procédés simples, mais terriblement efficaces.

La première consiste à mémorisé le choix des objets consultés.

La deuxième propose d’autres titres, traitant du même sujet qui correspondent aux achats effectués par des clients précédents.

Cette astuce consiste à faire découvrir d’autres livres qui traitent de la même thématique et donc, suggérer au consommateur de manière très subtile une nouvelle idée d’achat.

Amazon est aussi un des premiers à lancer un programme d’affiliation où l’internaute peut toucher des commissions si des articles sont vendus par son lien d’affilié.

Bref, toutes ces innovations ont pour but de contrer la concurrence dans d’éventuelle part de marché.

Mais Jeff Bezos ne s’arrête pas en si bon chemin. Après voir créé la plus grande librairie du monde, il désire bâtir le plus grand magasin de la planète.

Audace ou mégalomanie ?

Il n’empêche qu’avec un chiffre d’affaires de 24 milliards de dollars en 2009 et 900 millions de profits, Amazon est le leader mondial du e-commerce.

En diversifiant ses produits comme le vin, la modes, les cosmétiques, bijoux, meubles, jouets, l’électronique etc. Les bénéfices s’avèrent bien plus rentables qu’avec les livres.

Bien que, avec l’avènement des tablettes numériques, le nouveau défi du fondateur d’Amazon semble être le livre électronique.

Et devant l’engouement du public  pour ce nouveau support, il compte bien ne pas louper le coche.

Alors, selon vous, le Kindle de Jeff Bezos face à l’Ipad de Steve Jobs : le choc des titans ? 

 

Bezos contre Jobs ? Les paris sont ouverts ;)

Bezos contre Jobs ? Les paris sont ouverts ;)

 

Les leçons de son succès :

* Avant toute décision, se demander si elle va améliorer le service au client
* Il faut toujours étudier de près les chiffres et les données avant de se lancer

 

Commentaires

  1. Un succes story à l’américaine!
    Je suis un grand fan d’Amazon, et jamais eu de problème avec!

    • Jean-Charles Dimier

      Il n’y a pas de hasard dans un succès, Amazon c’est très pro.
      Je ne peux pas en dire autant de l’Fnac.com avec qui j’ai eu quelques petits soucis :- (

  2. Qui n’a rien acheté dans sa vie chez amazon? C’est hallucinant. C’est vrai que la tablette numérique est l’avenir. Pour le stockage de livre, le numérique rend le papier ridicule. Dans 20 ans (même avant surement), on aura l’air un peu bizarre en ayant chez soi une pièce complete avec des bouquins sur des étagères! Kindle ou Ipa? je sais pas, mais de toute facon, on assiste à une revolution dans nos habitude de lecture, car ces appareils rend enfin les E-book aussi lisible que les bouquins papiers. Les arbres vont être content!

    • Jean-Charles Dimier

      Je ne pense pas que la tablette numérique va remplacer définitivement le livre traditionnelle.
      Tout comme la T.V n’a pas fait disparaître la radio.
      Les deux peuvent parfaitement coexister.
      Mais tu as raison, une révolution est en marche …
      Après tout, le plus important c’est de garder notre plaisir de lecteur intact :)

  3. C’est vrai qu’a moins de ne pas connaître internet il est difficile de ne pas connaitre Amazon. Cette entreprise américaine est aussi précurseur dans le domaine de la pub en ligne et surtout, comme tu le dis, de la collecte des habitudes des clients. Aujourd’hui c’est le fondement de l’e-commerce et bien plus approfondit, mais il fallait avoir l’idée !

    • Jean-Charles Dimier

      Tout à fait Hernan,

      Il fallait avoir l’idée et surtout l’appliquer.

  4. Bonsoir Jean-Charles

    Je ne partage pas vraiment l’idée qu’exprime cette phrase.
    « Il faut toujours étudier de près les chiffres et les données avant de se lancer »

    Mon expérience personnelle (de façon générale, dans tous les domaines de la vie) m’a prouvé que j’avais surtout eu raison de ne rien calculer avant de ma lancer, car sinon je n’aurai rien fait. La phrase que tu as citée,vient d’un cerveau gauche.

    Quand tu vis ta vie avec l’autre hémisphère, le cerveau droit, d’autres données comme le « flair », vont entrer en jeu et te motiver. J’ai financé mes projets avec un euro, et j’ai toujours écrit mes intentions. Je n’ai jamais perdu l’argent investi au fur et à mesure qu’il rentrait. Si cela t’intéresse ou tes lecteurs voici un petit exemple http://www.lespaquantique.com/l-energie-de-la-pensee/ qui illustre ce que je dis, du phénomène qui peut se produire dans un cerveau droit. La société malheureusement souffre du non respect ou plutôt de la non prise en compte du cerveau droit. Toutes les personnes à l’heure actuelle qui viennent en consultation chez moi, souffrent de leur cerveau gauche, qu’on appelle mental et voudraient bien basculer dans l’autre, car en fait la vie est plus facile quand tu pratiques bien le cerveau droit.

    Certes je ne suis pas devenue Madame Amazon dans le domaine du Business, mais mes projets déclenchés (pas ceux qui sont encore dans les tiroirs) ont tous abouti et chacun m’a permis de passer à l’autre d’après. Le type de réussite comme celle d’Amazon nécessite aussi d’avoir certains programmes, un certain codage au départ de la vie qu’on active ensuite. Tout le monde n’a pas le même codage et tout le monde n’a pas la même capacité d’intégration, et encore moins les mêmes atouts ou les points à travailler tout au long de la vie.

    Quant aux idées….. le brainstorming à plusieurs, ou bien le cerveau droit va les initier. Par contre il faut être capable de les repérer. Ensuite le cerveau gauche n’utilisera pas les mêmes outils que le cerveau droit pour vérifier si l’idée tient la route.

    Bon j’arrête là pour ce soir… je ne veux pas envahir ton blog.

    A la semaine prochaine

    Emmanuelle

    • Jean-Charles Dimier

      Bonjour Emmanuelle,

      Disons que Jeff Bezos devait certainement pour convaincre ses investisseurs établir un business-plan qui soit cohérent… avec chiffres à l’appuis.
      Donc, nous sommes en effet dans le cerveau gauche, le rationnel pur et dur.

      Et comme tu le soulignes bien nous avons deux cerveaux : l’intellectuel et l’émotionnel.

      C’est vrai que le mental fait des ravages. Il est très pernicieux parce qu’il est composé de concepts, d’idées, de pensées qui sont comme des poissons tournant inlassablement dans un bocal.
      Et penser ne produit aucun changement en nous.

      Tes patients souffrent à juste titre, si en effet il n’arrive pas à en sortir.
      Et pour sortir de cette spirale infernale qui est le mental, il faut faire la différence entre penser et ressentir.

      Les émotions sont la clef.

      En tout cas merci encore pour la richesse de ton commentaire :)

  5. Je ne connaissais pas du tout ce monsieur. Quel destin! Ton article m’a donné envie de me pencher un peu plus sur les récits de grandes réussites.
    A la prochaine

    • Jean-Charles Dimier

      Salut Roy,

      Étudier la vie des grands leaders est une mine d’informations que l’on peut appliquer aussi pour soi,
      ou du moins s’en inspirer pour se motiver ;)
      A bientôt

  6. C’est un plaisir Jean-Charles de passer un peu de temps sur ton blog. (un jour je devrai peut-être te donner une interview ….(smile)

    Est-ce que tu aurais des histoires d’hommes ou de femmes qui ont eu du succès et qui étaient avant tout des cerveaux droits ?

    Peut-être qu’il y en a un peu plus chez les femmes …. à creuser.

    A bientôt

    Emmanuelle

    • Jean-Charles Dimier

      Plaisir partagé Emmanuelle,

      Alors, j’ai peut-être un récit en rayon qui pourrait t’intéresser ;)
      Connais-tu l’histoire de Cindy Cashman ?

      Une belle leçon de vie qui ne manque pas d’humour …

      A bientôt

  7. Merci encore une fois pour nous donner au fil des semaines les récits des grandes réussites de ce monde.

    Tes articles sont bien écrits, vivants, bien documentés et intéressants.

    Amazon comme Ikea ou El Corte Inglês en Espagne ont compris ce que beaucoup de blogueurs qui se lancent sur le net n’ont pas intégré : le service d’appui au client (SAV) est fondamental. Les gens qui dureront sur le net devront être comme Jeff Bezos, fidéliser le client veut dire faire tout pour que ce dernier soit satisfait. On voit trop d’entrepreneurs qui parlent « gains gains gagnez vite de l’argent » mais qui ne se préoccupent pas du tout de l’après achat. Ce que fait Amazon dont je suis cliente depuis le début. Si un problème surgit, immédiatement Amazon trouve une solution. Tout passe à travers internet mais on a vraiment la sensation d’être écoutés. Gagner de l’argent c’est bien mais fidéliser ses clients pour continuer à en gagner c’est mieux.

    Brao à bientôt

    • Jean-Charles Dimier

      Merci beaucoup pour tes compliments Sylviane,
      Ils me font vraiment très plaisir.

      Je te rejoins complètement sur le service après vente.
      Jeff Bezos l’a parfaitement compris en mettant le paquet sur « ce détail », comme tu l’expliques.
      Beaucoup de vente en ligne le néglige malheureusement.

      Et il n’y a pas de hasard si Amazon a atteint un tel succès.

      Merci encore pour tes encouragements.

      A bientôt

  8. Comme tous le précisent dans les commentaires. Qui n’a jamais acheté chez Amazon ? Certainement pas moi et je n’ai jamais été déçu par le service.

    Voilà quelqu’un qui en effet a compris et intégré dans son « business model » dès le début une grande compréhension et un respect du client. C’est un modèle à suivre
    Damien Articles récents..Les relations humainesMy Profile

    • Jean-Charles

      Bonjour Damien,

      Tout à fait, la force d’Amazon est la satisfaction du client.

      C’est leur priorité principale.

      Il n’y a pas de hasard, c’est aussi la raison en grande partie de son succès.

      Ergonomie du site, prix, disponibilité des produits, délais d’acheminement toujours dans les temps… Bref, moi aussi en tant que client, je n’ai jamais été déçu.

  9. Le talent et la réussite d’amazon tient certes dans la bonne idée (ou plutôt bonne étude de marché car l’idée du livre n’est pas venue toute seule comme tu l’as très bien dis) au bon moment, mais surtout dans une constance bluffante dans sa croissance en alliant parfaitement export de la plateforme à l’international et diversification progressive.

    La meilleure réussite du web (après Google bien évidemment)

    « Il pressent le potentiel énorme d’Internet » Regarde, tu trouveras une petite erreur d’inattention je pense ;)
    Marco Articles récents..Grossiste en ligne d’accessoires de modeMy Profile

    • Jean-Charles

      Bonjour Marco,

      Désolé pour ma réponse tardive, mais ton commentaire était avec d’autre d’ailleurs tombé directement dans les indésirable ????

      Oui, effectivement.
      Quel chemin parcourut depuis son garage de Seattle où il a lancé cette petite start-up ;)
      Il avait déjà en tête du long terme en bâtissant des univers aussi divers.

      - « Il pressent le potentiel énorme d’Internet » Regarde, tu trouveras une petite erreur d’inattention je pense –

      Sinon pour ta remarque, je ne comprends pas ce que tu veux dire exactement.

  10. L’histoire d’Amazon est tout simplement magnifique. Cela laisse rêveur. Une chose est certaine, comme il est dit dans l’article, il a été visionnaire. En 1994, Internet n’était qu’a son balbutiement. Une chance justement, pour Jeff, ce visionnaire.

    Personnellement, j’utilise un Kindle Touch depuis plusieurs mois et je trouve cette liseuse plutôt pratique en voyage, dans les transports etc…

    C’est clair que le livre numérique, c’est l’avenir de l’industrie du livre. Je ne pense pas qu’il remplacera le livre classique mais c’est déjà un support complémentaire.
    Pascal Articles récents..Tous les livres ne seront pas des Best-seller mais…My Profile

    • Jean-Charles

      Bonjour Pascal,

      je partage aussi ton avis.
      Il faudra de plus en plus compter avec le livre numérique.
      Je ne crois pas, moi aussi qu’il remplacera le livre classique.
      Tout comme la télévision n’a pas à son époque occulté la radio, ni le théâtre et encore moins le cinéma.
      C’est juste un support supplémentaire pour notre plus grand plaisir de lecteur.

      Les liseuses sont tellement pratiques pour emmener nos livres préférés :)

Poster un commentaire

CommentLuv badge