Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Succesrama | June 29, 2017

Scroll to top

Top

3 Comments

Le sage et l’oiseau

Le sage et l’oiseau
Jean-Charles

 

Dans nos sociétés modernes occidentales, on nous incite toujours à consommer davantage.

Quitte parfois même à s’endetter pour flatter un ego qui en veut toujours plus.

Or le danger est de comparer nos biens à ce que possède le voisin.

De ce fait, on focalise plus sur ce que nous n’avons pas plutôt que d’apprécier ce que nous avons.

Et poussé à l’extrême, nous pouvons perdre beaucoup plus que la mise de départ, influencé par cet ego jamais rassasier.

Ce fut justement le cas de cet empereur qui voulait toujours acquérir plus de territoire, alors que son royaume était en proie à une terrible menace.

En ces temps anciens, le pays était morcelé par des guerres où chaque seigneur désirait agrandir les frontières de son fief.

C’est ainsi que Le roi Lodin avait décidé de conquérir le royaume d’un autre seigneur.

Selon des rapports établis, son armée était bien inférieure en nombre et moins bien équipée que la sienne.

Seulement, durant les préparatifs, ses espions lui signalèrent qu’un autre roi voisin rassemblait ses troupes à la démarcation des deux pays, attendant sans doute que l’armée de Lodin quitte le royaume pour l’envahir.

Malgré ce danger imminent, le souverain ne voulait rien savoir, aveuglé par son projet de conquête.

Devant cette obstination, ses conseillers craignaient le pire.

Pourtant, un de ses meilleurs ministres eut le courage de lui parler franchement.

Il fut révoqué immédiatement !

À cette époque, une seul homme qui se nommait Samonin pouvait faire entendre raison au roi.

C’était une sorte de mage qui vivait en bordure de la forêt.

On disait qu’il avait connu les « Grandes Guerres » d’antan.

Il était énormément respecté pour cela et aussi pour les conseils souvent très avisés qu’il dispensait de temps à autre à la cour.

Le dignitaire destitué lui rendit visite pour lui demander d’intervenir auprès du roi avant que le pays ne soit jeté en pâture au seigneur belliqueux voisin.

Le sage lui promit d’intervenir…

Quelques jours plus tard, le mage apparut dans la salle du trône, les vêtements sales, les mains ligotées, prisonnier d’un des garde-chasse royal.

Le roi Lodin reconnut immédiatement le vénérable sage.

Il le connaissait très bien car il l’avait déjà consulté et ainsi bénéficié de ses judicieux conseils à maintes reprises.

Outré, il demanda aussitôt des explications à son garde, avant de le réprimander sévèrement.

Ce dernier se prosterna et défendit sa cause en expliquant qu’il avait surpris le dénommé Samonin en flagrant délit de braconnage dans le parc Royal.

Pour preuve, il brandit l’objet du délit en brandissant l’arc confisqué au contrevenant.

Le roi perplexe se tourna alors vers le vieux maître et lui demanda des explications.

Ses mains déliées, Samonin lui raconta son étrange petite aventure.

Alors qu’il partit chasser dans la forêt, au bordure du parc royal, il guettait l’envol d’une proie lorsque soudain l’aile d’une pie frôla son chapeau.

Elle se posa à la lisière du parc.

Elle avait frôlé le sage sans le voir et maintenant, elle était dans sa ligne de mire, à sa merci.

Intrigué, Samonin s’approcha pour découvrir pourquoi l’oiseau avait omit toute prudence.

Le volatile fit quelque sauts dans les sous-bois et s’immobilisa, comme prêt à fondre sur une proie.

Le vieux mage s’avança encore sans se faire remarquer et vit ce qui subjuguait tant la pie, au point d’oublier sa propre sécurité.

Elle attendait qu’une mante religieuse, cachée derrière une feuille, s’empare d’une cigale, pour bondir et manger les deux insectes à la fois !

Voulant profiter d’une double ration, elle n’avait pas vu le chasseur derrière elle.

Ainsi est la nature animale, aveuglés par leur appétit, les bêtes oublient de se garder du danger.

Perdu dans ces pensées, c’est à ce moment-là que le vieux mage fut pris comme un vulgaire braconnier.

Et il se fit alors la réflexion suivante :

Ainsi est la nature humaine, captivé par le monde extérieur, l’homme oublie de se garder lui-même !

Le roi Lodin comprit la parabole du vieux sage et renonça à son projet d’invasion, échappant de justesse au piège qu’avaient fomenter ses deux souverains voisins.

Et vous ?

Laissez-vous facilement influencer par votre ego  ?

 

Commentaires

  1. Bonjour Jean-Charles Shéhérazade,

    Excellente fable qui résume à elle seule ce que tous les tyrans auraient dû apprendre avant de courir « voler » les territoires des autres ou « voler la liberté » de leurs concitoyens (hélas, l’Homme n’apprend jamais).

    L’ego nous fait perdre la tête et souvent notre vie cela me rappelle quelque chose qui m’est arrivé il y a pas mal d’années. Ayant pendant longtemps tiré le diable par la queue, j’ai totalement perdu les pédales quand j’ai hérité de mes parents . J’ai acheté un tas de fringues de couturiers pour flatter mon ego.

    Ah ! Seigneur avoir sur le dos un beau Chanel c’est quand même quelque chose . Partie en voyage d’affaires, je me suis fait voler toutes mes plus beaux atours à New York. TOUT, ils avaient eu bon goût ne me laissant que ce qui n »avait pas de marque.

    J’ai tout de suite compris le message car mon ego m’a coûté un sacré paquet d’argent. J’ai immédiatement rectifié le tir. Bien s’habiller soit mais l’habit de fait pas le moine quoiqu’on en dise et dépenser des fortunes pour satisfaire mon petit moi. Plus jamais.

    • Jean-Charles Dimier

      Bonjour Sylviane,

      Merci pour ton témoignage personnel.

      L’ego peut parfois provoquer des ravages dans notre existence.
      Il peut même carrément gâcher des vies.

      C’est la raison pour laquelle il faut être très vigilant et prendre du recul pour en tirer des leçons comme tu l’as fait.

      À bientôt

  2. L’ego peut parfois provoquer des ravages dans notre existence.

Poster un commentaire

CommentLuv badge