Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Succesrama | December 18, 2017

Scroll to top

Top

6 Comments

L’histoire de la vieille boussole

Nous accordons parfois à des objets fétiches ou des objets porte-bonheur si vous préférez, une certaine croyance bienveillante.

Comme une sorte de « gris-gris » qui serait sensé nous protéger du mauvais sort.

Cela peut-être un bijou comme un bracelet, une amulette ou encore un habit, un livre etc.

Il y a certainement un peu de superstition la dedans, mais qu’importe, du moment que nous sommes rassurés.

En définitif, ce sont souvent les histoires liées aux objets qui leur donnent toute leur dimension.

À propos d’histoire, en voici une que Tim, un garçon de treize ans n’oubliera pas de sitôt …

Tim adorait aller voir son grand-père parce qu’il avait toujours un tas de récits extraordinaires à lui raconter.

Même si parfois, il le soupçonnait d’exagérer un peu son côté romanesque.

Mais peu importait quant à la véracité des faits, à chaque fois la magie opérait.

Avant de partir à son camps d’été, son grand-père lui prêta sa vieille boussole dont il ne se séparait jamais.

Le jeune garçon intrigué, savait qu’il y tenait particulièrement.

Et cela, le toucha beaucoup.

Mais il fut surtout fasciné par l’histoire que son grand-père lui raconta à son sujet.

Elle provenait de son père qui était donc son arrière grand-père.

Ce fut un aventurier au destin peu commun.

Sa vie aurait pu s’achever dès les premiers jours de son existence si une mère ours, accompagnée de ses deux petits, ne l’avait pas sauvé d’une noyade certaine.

Alors que la famille tâchait d’attraper du poisson pour le déjeuner, elle fut subitement attirée par les cris d’un nourrisson qui descendait la rivière, enveloppé dans un couffin de tissu, ballotté par le courant.

La mère ours plongea dans l’eau et agrippa avec sa mâchoire in extremis ce drôle de paquet si bruyant, avant qu’il ne tombe dans la grande chute, plus loin en contre-bas.

La vie du nouveau-né me direz-vous, ne tenait plus qu’à un fil, surtout face à une famille d’ours.

Détrompez-vous !

Il vécut ses trois premières années au sein de son nouveau foyer d’adoption.

Comment cela a-t-il pu être possible ?

Demandez au grand-père de Tim !

Toujours est-il qu’un hiver, la famille sans « matriarche » qui était sans doute partie chercher de la nourriture se retrouva nez à nez avec une horde de loups.

La faim les rendait bien téméraires pour s’attaquer aux petits, prenant ainsi le risque des terribles représailles de la mère.

La bataille faisait rage pour survivre et les deux oursons qui avaient atteint une certaine maturité purent riposter tant bien que mal. Il en était autrement de leur petit frère adoptif qui n’était pas encore de taille à se défendre.

Au moment où un des loups allait se jeter sur lui, une détonation retentit, stoppant ainsi net, l’animal sauvage dans son élan.

Un trappeur qui passait par là, vida son chargeur et tua plusieurs de ces carnassiers avec son fusil.
La meute décimée, mis du temps, malgré tout à s’enfuir.

Le vieil homme s’approcha du garçon couvert de sang et de neige rouge mais c’était le sang des loups.

Il avait juste perdu connaissance.

Il enveloppa  le garçon dans une couverture pour l’amener en ville avant que l’ours adulte ne se manifeste.

En réalité, une fois revenue auprès de ses petits, la mère regarda les deux humains s’en aller au loin.

Avec peut-être la satisfaction d’un devoir accompli …

Le gamin était un vrai petit sauvage et seule, la fameuse boussole du vieux trappeur semblait le calmer lorsqu’il joua avec.

Il décida de la lui donner.

Il fut ensuite adopté par un couple de commerçant qui ne pouvait avoir d’enfant.

Quant au vieux trappeur, personne ne sut ce qu’il devint.

Tim raconta à son tour l’origine de sa vieille boussole à ses camarades autour du feu de camp.

Ils furent tous subjugués par ce récit extraordinaire.

Le lendemain, ils avaient une course d’orientation à effectuer.
Cinq équipes différentes concourraient.

Aussi, pour se donner une chance supplémentaire, l’équipe de Tim décida de couper à travers les bois.
Ils s’enfoncèrent de plus en plus dans la forêt.
Jusqu’au moment où il fallait bien se rendre à l’évidence, ils s’étaient bel et bien perdus.

Le jour déclinait.
Ils commencèrent tous à paniquer sérieusement.

Tim sortit la fameuse boussole de son grand-père, étant persuadé qu’elle les tirerait de cette impasse. Et il décida de la direction à suivre, sans savoir exactement si ils étaient sur la bonne voie.

Son aïeule avait survécu à une famille d’ours et aux loups, lui survivrait aussi à cette forêt.

Mais, il savait qu’il fallait agir vite avant que la panique les paralyse tous complètement.

Dès lors, il serait trop tard pour décider de quoi que ce soit !

Et sa rapidité d’exécution lui donna raison.
Car ce que Tim apprit plus tard lui donna des sueurs froides …

La nuit tomba, mais par chance, ils arrivèrent sur un chemin forestier et retrouvèrent la route.

Quelques instants après, le véhicule du camps les récupéra. Il sillonnait les environs à leur recherche depuis un bon moment déjà.

Le garçon à la boussole découvrit par la suite que si il avait choisi la direction opposées, son groupe aurait atteint le grand précipice. Et dans l’obscurité, qui peut savoir ce qui se serait passé …

Dans l’euphorie de leur sauvetage, le jeune héros trébucha et laissa tomber sa boussole qui se brisa en deux.

Tim fut bouleversé.

Qu’elle serait la réaction de son grand-père ?

Aussi lorsqu’il le revit et lui raconta ses péripéties, contre toute attente, le vieil homme le félicita d’abord pour son courage.

Il lui dit ensuite à propos de sa boussole cassée, une chose qui restera gravé en lui à jamais :

« C’était surtout l’histoire que je t’avais raconté à son sujet qui lui donnait tant de valeur à tes yeux.
Dorénavant, tu n’en auras plus jamais besoin, car la véritable boussole est le degré de confiance que tu placeras désormais en toi »

Comme Tim, décidez dès maintenant d’avoir confiance en vous.

Car le succès favorise vraiment la personne qui sait ce qu’elle veut, qui est déterminée à l’obtenir et qui refuse à se résigner.

Et pour vous ?

Existe-t-il un objet qui possède une histoire particulière ou qui vous a aidé, comme le protagoniste de ce petit conte à persévérer ?

Commentaires

  1. Encore un bel article

    Je suis toutes les semaines à l’affût de ton article car j’adore les belles histoires.

    Effectivement, plus on a confiance en soi plus on se sent capable de réaliser de grandes choses car comme disait Paulo Coelho dans l’Alchimiste : »Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible : “c’est la peur d’échouer”.

    A bientôt pour d’autres histoires

    • Jean-Charles Dimier

      J’ai énormément apprécié L’alchimiste, formidable petit conte plein de sagesse.
      Du même auteur – La cinquième montagne – n’est pas mal non plus.

      Merci encore Sylviane pour la sympathie de ton commentaire.

  2. J’aime bien cette histoire, et il est vrai que l’on ne réalise que ce que l’on croit possible de faire. J’aime beaucoup ton blog car il est trés inspirant! Merci à toi.

    • Jean-Charles Dimier

      Hello Éric,

      Un grand merci pour tes encouragements :)

  3. Bonjour Jean-Charles,

    Quand c’est le moment venu d’être sur ton blog…. le besoin de café se fait ressentir ainsi que de la musique. Comme si je m’y installais pour un moment. Et oui, les belles histoires, il faut un peu de temps pour les savourer.

    Donc un objet…. voyons voir qu’est ce que j’ai dans ma chambre à coucher…. car c’est quand même dans cet endroit que nous passons beaucoup de temps de notre vie.

    Alors…. bien-sûr j’ai mes « visionboard » qui rassemblent en images et en couleur mes rêves, des découpages collés sur des cartons, recto/verso ! Donc je les vois en permanence au coucher au réveil, à chaque passsage dans la chambre. Et ils sont ouverts sur les pages qui sont importantes sur le moment. Ils me rappellent, ce pourquoi je me lève tous les matins. C’est la boussole en quelque sorte. Ils donnent le sens à la vie. Par contre ils ne se déchirent pas …..et oui, ils ont une histoire, la mienne !

    A bientôt avec mon article sur ton blog.

    Emmanuelle

    • Jean-Charles Dimier

      Oui, je pense que nos avons tous un ou des objets en particulier qui évoquent un moment de notre existence.
      Insignifiants pour certain, ils peuvent représenter beaucoup pour d’autre.
      Ils ne leur manquent plus que la parole et ils seraient certainement d’incorrigibles bavards :)

Poster un commentaire

CommentLuv badge